Après quatre réunions de négociations, la CFDT décide de ne pas signer ce nouvel accord triennal…

Notre avis :

Les élus CFDT tiennent à souligner les avancées obtenues sur nos revendications concernant le nouveau projet d’accord 2015-2017 :

  • Suppression du critère de la « marge brute annuelle » (historiquement inatteignable).
  • Un poids légèrement plus important pour les paramètres du périmètre France.
  • La valeur forfaitaire du point portée de 68 à 69€.
  • La valeur de la part fixe portée de 20 à 21 points.

Toutefois, nous n’avons pas abouti sur notre revendication principale. En effet, les incertitudes et les doutes restent nombreux sur la capacité de ce nouvel accord à générer un résultat significatif pour les salariés. La CFDT ne peut pas signer l’accord en l’état alors que nos simulations sont plutôt « faiblardes ».

  • Nos premières estimations sur le nouveau critère « 2 years product » ne sont pas à la hauteur de nos espérances.
  • Le critère des ventes est pertinent, mais les cibles fixées par la Direction sont trop élevées (voir encore une fois inatteignables) ce qui laisse présager, toujours selon nos évaluations, d’un rendement à minima (quelques dizaines d’euros de plus versus l’accord 2011-2014).
  • Nous n’avons pas d’engagement sur l’augmentation de la valeur forfaitaire du point afin d’atteindre les 71€ au terme de l’accord et/ou de l’augmentation de la part fixe d’un point par an.

Nous n’excluons pas d’adhérer sur les exercices suivants, mais la Direction doit avancer sur les aspects suivants :

  • La CFDT demande que la rémunération de la cible « CA +3,5% » donne 100% de l’indicateur avec un départ rémunérateur à -1% de la cible.
  • Nous demandons un engagement de la Direction sur l’augmentation du point de la part fixe en 2016 et 2017 permettant de favoriser les tranches les plus basses.
  • Un abondement à 50% des 500 premiers euros placés dans le PEE.

Le projet de nouvel accord sera présenté au CCE du 12 mai 2015.