Bilan : Agir pour ne pas subir

Bilan : Agir pour ne pas subir

La période de confinement nous pousse à faire évoluer notre forme de communication. Le télétravail est moins compatible avec la distribution de tracts ou l'actualisation des panneaux d'affichage dans l'entreprise. C'est pourquoi, en plus de notre site, nous travaillons à augmenter notre visibilité sur les réseaux sociaux pour toujours mieux vous informer. Vous trouverez ci-dessous une synthèse des actions menées au niveau national auprès de la direction centrale (ce résumé n’intègre pas toutes les actions menées en local).

Notre organisation, depuis les débuts de la crise, a su anticiper des actions à prendre et systématiquement pousser la direction à mettre en oeuvre des mesures préventives pour préserver la santé des salariés (bien avant les consignes gouvernementales). C'est dans ce contexte que nous avons conclu deux accords qui permettront aux salariés de travailler dans les meilleures conditions possible (télétravail et réduction des effectifs), ainsi que de maintenir leur niveau de revenus.

L’avenir nous dira si nous avons fait les bons choix, toutefois notre engagement pour défendre les intérêts des salariés est certain. Nous allons continuer nos actions afin d'adapter les mesures à ce contexte inédit et grave. Lire notre tract synthèse CFDT_stmicro_26Mars2020.

SUIVI DES ACTIONS : CRISE COVID-19

26 Février 2020 : à l'occasion du CSE Central, la CFDT a demandé et obtenu la tenue de CSSCT pour faire un point téléphonique régulier avec les élus.

Déclaration CFDT"en extension de l’information ponctuelle a ce CSE central extraordinaire, nous demandons la tenue d’un CSSCT central extraordinaire afin d’adresser et suivre la crise du Covid19. Nous souhaitons connaitre le plan de prévention pandémie mis en place à STMicroelectronics. Nous demandons qu’un suivi régulier soit fait par ce CSSCT central par conférences téléphoniques tous les 15 jours jusqu’à la fin de la crise"

28 Février 2020 : la CFDT demande des mesures de prévention supplémentaires (communiqué Bulletin CFDT 28 Février 2020). Nous avons envoyé un courrier à la direction des ressources humaines afin que les mesures de prévention complémentaires suivantes soient prises :

  • "Nous souhaitons que tous les salariés se déclarant revenir de zones à risques soient dirigés vers nos services médicaux pour un entretien téléphonique préalable au retour sur site. Nous constatons que les salariés se déclarant sont, à ce jour, gérés par les services des ressources humaines qui ne sont pas compétents pour évaluer les risques de contamination".
  • "Nous souhaitons que les mesures d’hygiènes soient renforcées : mise à disposition de gel hydro alcoolique dans toutes les zones de passage, mise à disposition de  masques pour les salariés qui le demandent ou ayant des symptômes grippaux etc"…
  • "Nous souhaitons que les mesures de télétravail soient simplifiées dans les semaines à venir afin que TOUS les salariés dont l’emploi le permet puissent se mettre en télétravail durant la crise sanitaire s’ils le souhaitent".
  • "Nous souhaitons que les zones déclarées à risque Chine continentale ou de l’une des villes italiennes suivantes : Codogno, Castiglione d’Adda, Casalpusterlengo, Fombio, Maleo, Somaglia, Bertonico, Terranova dei Passerini, Castelgerundo, San Fiorano, Vo’Euganeo, soient étendues en particulier dans les zones où l’épidémie progresse de jour en jour et où la communication gouvernementale nous permet d’avoir des doutes sur la véracité des cas déclarés".

15 Mars 2020 à 8h30 : vos élus CFDT interpellent la Direction pour que des mesures complémentaires soient prises pour les salariés fragiles. Ci-dessous, l'extrait de notre courrier : 

"… rapport au corona les personnes fragiles (asthmatique, cardiaques handicapés,  etc…) ont été convoquées par la médecine du travail et on leur a demandé de rester chez elles. Pour les personnes qui ne peuvent pas faire de télétravail (opé, fab ….) leur manageur les rappelle le lendemain pour qu’ils se fassent faire un arrêt de travail par leur médecin traitant ! Donc on les envoie dans une salle d’attente de médecine de ville pour faire un arrêt de travail (zone ou le risque d’infection est élevé) ; un arrêt pour combien de temps ? etc… . De plus rien ne garantit que le médecin traitant fera un arrêt de travail à une personne en bonne santé. Nous ne comprenons pas pourquoi il n’y a pas une procédure entre la médecine du travail et l’ARS  pour que les arrêts soient faits en direct sans passer par le médecin traitant ? C’est le cas pour les salariés qui sont revenus de zone à risque ou les salariés qui doivent garder leurs enfants. De plus ces personnes fragiles vont être en arrêt, donc pénalisées sur leur salaire (intéressement, prime d’équipe, salaire pour les personnes qui dépassent la carence…) et pas les personnes qui doivent garder leurs enfants … Ces personnes vont être tentées de prendre le risque et de venir travailler quand même. Cette situation concerne au moins Crolles et Rousset. Nous souhaitons qu’une procédure soit mise en place dans les plus brefs délais pour que les salariés concernés n’encombrent pas les cabinets médicaux de ville et prennent plus de risques qu’en allant travailler pour des raisons administratives. Merci de votre retour …»

16 Mars 2020 : la Direction donne des garanties de maintien de salaire pour les salariés fragiles (avec ou sans arrêt de travail)

16 mars 2020 : annonce du Président de la République de « réduire les contacts et déplacements au strict minimum sur l’ensemble du territoire »...

18 Mars 2020 : suite à l’annonce du confinement national, la CFDT demande de nouvelles mesures et met en place une adresse mail dédiée pour répondre aux questions des salariés ST : covid19@cfdtst.com

  • Télétravail : conformément aux annonces du gouvernement, toute personne qui peut faire du télétravail doit le faire impérativement ! La CFDT accompagnera tous les salariés qui travaillent chez eux si leur manageur leur impose un roulement minimum sur le lieu de travail pour des raisons injustifiées.
  • Production : la CFDT demande une diminution drastique des effectifs en production. Toute personne dont la présence n’est pas nécessaire doit pouvoir rester confinée chez elle. Le WIP doit être adapté rapidement afin d’éliminer tout risque de promiscuité pour les salariés en production.
  • Salariés fragiles : conformément aux décisions gouvernementales, ces personnes doivent impérativement rester à leur domicile, en arrêt de travail, si aucune solution de télétravail n’est envisageable. Afin de faciliter les démarches des personnes concernées, et de ne pas mobiliser les médecins de ville pour la délivrance de ces arrêts, l’Assurance Maladie étend, à compter du 18 mars, son téléservice de déclaration en ligne, declare.ameli.fr  à cette nouvelle catégorie d’assurés.  Les personnes, dont l’état de santé le justifie, pourront ainsi se connecter directement, sans passer par leur employeur ni par leur médecin traitant, sur le site declare.ameli.fr pour demander à être mise en arrêt de travail pour une durée initiale de 21 jours. Cet arrêt pourra être déclaré rétroactivement à la date du vendredi 13 mars.
  • Droit de retrait : Nous rappelons que si les salariés ont un motif raisonnable de penser que certaines situations présentent un danger grave et imminent pour leur vie ou leur santé, ils sont fondés à ne pas effectuer leur mission en invoquant leur droit de retrait. La CFDT reste à votre écoute et restera aux côtés de tous les salariés qui se sentent en danger.

18 Mars 2020 : signature d’un accord (à 22h00), par la CFDT et la CGC L’ACCORD D’ENTREPRISE DU 18 MARS 2020 RELATIF À L’ADAPTATION DE L’ORGANISATION  DES SERVICES DE FABRICATION  SUITE À L’EPIDEMIE DE COVID-19

Avec 3 mesures phares :

  • On passe à un effectif à 50% en prod (payé 100% primes incluses)
  • Pour les personnes qui viennent sur site en voiture (recommandé pour éviter les TC), elles auront des indemnités KM à chaque fois qu’elles viennent sur le site.
  • Il y aura un contrôle température systématique. Toute personne qui aura plus de 38 degrés sera invitée à rentrer chez elle.

20 Mars 2020 : communiqué de presse FGMM STMicroelectronics : la CFDT signe un accord d’organisation en période d’épidémie

20 Mars 2020 (à 14h00) : courrier de la CFDT à la Direction concernant notre demande d’une prime de présence pendant la crise COVID-19

L’ACCORD D’ENTREPRISE DU 18 MARS 2020 RELATIF À L’ADAPTATION DE L’ORGANISATION  DES SERVICES DE FABRICATION  SUITE À L’EPIDEMIE DE COVID-19 se met en place et nous nous en félicitions.

"Il nous parait primordial que, les salariés qui se rendent sur site, puissent le faire dans des conditions de sécurité optimales. Cependant durant cette période les salariés qui se déplacent sur site rencontrent des difficultés certaines. Tant pour les déplacements que la charge de travail induite par un effectif réduit. Comme l’a annoncé le ministre de l’économie, nous souhaitons que soit négocier le principe d’une prime de présence pour tous les salariés qui se rendent sur site pour compenser la charge induite par ce contexte particulier".

21 Mars 2020 : suite à l’échec des négociations, la Direction annonce cependant des mesures unilatérales dans les équipes.

"D’une prime de présence de 450€ (proratisée au temps de présence) pour la période  du 15 mars jusqu'à au 30 avril. La neutralisation de la prime industrielle pour tous les salariés y compris les salariés en arrêt de travail".

23 Mars 2020 : courrier CFDT de relance de la Direction pour un complément de Prime de présence.

« Après consultation de nos sections syndicales, nous en sommes arrivés à la conclusion que la prime de présence annoncée est bien en dessous de l’attente des salariés. … Pour ces raisons nous réitérons notre demande d’une prime de 500€ fixe pour tous les salariés qui ont fait l’effort de venir travailler durant cette période très compliquée. La surcharge de travail dans cette période d’effectif réduit ainsi que les difficultés personnelles d’organisation et de déplacement justifient pleinement cette prime. »

23 Mars 2020 :  suite aux demandes du CSSCT Central : mise en place d'une cellule de soutien psychologique spécialisée ouverte 7 jours sur 7 et 24h sur 24 pour tous les salariés et leurs familles.

25 Mars 2020 : signature d’un accord (à 21h00) par la CFDT et la CGC relatif à l'attribution de mesures financières exceptionnelles dans le cadre de l'épidémie de COVID-19

En résumé : "une prime de présence de 450€ (proratisée au temps de présence) pour la période  du 15 mars jusqu'à au 30 avril pour tous les salariés venus sur site. La neutralisation de la prime industrielle pour tous les salariés (y compris les salariés en arrêt de travail). Une prime fixe de 350€ pour tous les salariés qui sont venus régulièrement sur la période (c’est-à-dire 4 semaines sur les 6 semaines que dure l’accord)".

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *